Notre site internet utilise des cookies afin de faciliter votre navigation. En navigant sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.
Vous trouverez plus d’informations sur les cookies, la façon dont nous les utilisons et la façon dont vous pouvez en contrôler l’usage dans notre note d’information sur l’usage des cookies

Vous êtes ici : Accueil > L’asthme au quotidien > Grossesse et allaitement

Grossesse et allaitement

L’impact de l’asthme sur la grossesse est variable : l’asthme peut s’aggraver, s’améliorer ou rester stable pendant la grossesse.

Les femmes enceintes peuvent être tentées de réduire leur traitement anti-inflammatoire à base de corticoïdes inhalés. Or, ceci peut entraîner une dégradation de la fonction respiratoire qui serait préjudiciable pour la mère et son enfant. Un asthme mal contrôlé peut engendrer certaines complications telles qu’un retard de croissance intra-utérin, un faible poids de naissance ou un risque de malformations.

C’est pourquoi l’asthme doit être contrôlé au mieux durant la grossesse. Cela nécessite d’être particulièrement attentif aux facteurs déclenchants des crises et au bon suivi du traitement qui vous a été prescrit.

Les co-facteurs de l’asthme (rhinite, sinusite, reflux gastro-oesophagien) peuvent participer à son aggravation. Ils doivent également être pris en charge attentivement.

Si vous êtes enceinte, pensez à parler de votre asthme à votre gynécologue et à l’anesthésiste pendant les visites prénatales. Dans le cas où votre asthme serait mal contrôlé, la surveillance fœtale serait augmentée.

La présence d’un asthme chez une future mère augmente le risque de survenue d’un asthme chez son futur enfant. Sachez toutefois que l’allaitement maternel pendant les 4 à 6 premiers mois de la vie est recommandé car il protège l’enfant des maladies allergiques.

Le traitement de l’asthme ne doit pas faire interrompre l’allaitement même si de petites quantités des médicaments de la mère passent dans son lait. La plupart des médicaments anti-asthmatiques n’ont pas fait preuve de toxicité sur le nourrisson et ne sont donc pas contre-indiqués dans ce contexte. N’hésitez pas à parler de votre traitement avec votre médecin.

V. Piette, P. Demoly. Asthme et grossesse. Revue des connaissances actuelles et prise en charge à la lumière des nouvelles recommandations GINA 2006. Rev Mal respir 2009 ; 26 : 359-79